Monday, December 15, 2014

SPA 211 Students Conduct Service-Learning Projects

Students in Dr. Jennifer Colón's SPA 211 Intermediate Spanish I courses conducted service-learning projects this semester. Below two students share their projects and their learning experiences with us through PowerPoint presentations done in class.

Johnna Stewart shares her service-learning experience conducted through the Boys and Girls Clubs of Greater Kansas City.

video

Kristen Agar reflects on her service-learning experience with the organization Turn The Page KC at Primitivo Garcia.

video

Friday, December 12, 2014

SPA 315 Students Conduct Service-Learning Projects

Students in SPA 315 Advanced Oral and Written Spanish conducted service-learning projects this semester. Below three students share their projects and their learning experiences with us through PowerPoint presentations done in Class.

First, Cari Hill presents her project at the Metropolitan Organization to Counter Sexual Assault.

video

Second, Madison Allshouse's presentation addresses her project at Liberty High School.

video

Our third student, Betsy Tucker presents her project at Alta High School.

video

SPA 324 Students Conduct Service-Learning Projects

Students in SPA 324 Spanish-American Literature conducted service-learning projects this semester. Below four students share their projects and their learning experiences with us through the PowerPoint presentations done in class.

First, Claire Etzenhouser's presentation addresses her project at Grace United Ministries.

video

Next, Emily Xouris presents her project at Alta Vista.

video

Our third student, Simone Stewart, talks about her project at Primitivo Garcia.

video

Our last presentation addresses a service-learning project at Iglesia Camino by Moriah Vanderburg.

video



Inspired by Anouilh's play, Becket: A Short Story by Alexandria Acord

Alexandria Acord
Alexandria Acord, a student in FRE 351 French Theatre, shares with us today a story inspired by Becket, a play by Jean Anouilh. In this play, Anouilh portrays the friendship between Henri II and Thomas Becket. Alexandria's story, "Quand les tours parlaient," is about the friendship between two clock towers, one in England and one in France, and how their friendship developed and was lost due to the war.


Quand les tours parlaient
            Il y était une fois magnifique quand les monuments de monde pouvaient parler ensemble, nouveau et vieux, même s’ils étaient dans les pays qui se luttaient.  Pour les monuments, les frontières n’existaient pas et tous les bâtiments étaient si appréciés qu’ils pourraient être amis.  Les édifices ordinaires n’avait pas cette capacité de discuter, car cela se passait seulement quand les gens ont appris de les aimer et les apprécier pour un objet non seulement de l’utilité, mais aussi de la beauté.
            On ne peut pas tracer exactement quand les monuments ont perdu leurs voix, mais un par un, les structures nouvelles ne apprendraient jamais à discuter, ne parlaient jamais.  Ses immeubles muets ont troublé les autres, qui commençaient déjà à écouter au désaccord humain entre leurs pays.  Mais il y en avait un, la tour de l’horloge de Big Ben, qui avait trouvé une nouvelle amie dans un de ces édifices muets : la Tour Eiffel, qui n’avait que seize ans à cette époque.  Big Ben avait cherché des moyens différents pour lui parler, et finalement, il trouvait des oiseaux qui pouvaient parler pour la tour : quand elle entendait la sonnerie des cloches d’Angleterre, elle pouvait communiquer avec les oiseaux sans parler.  Les oiseux distribuaient ses messages à Londres pour que la tour de l’horloge y réponde, et pour quelques années, elles parlaient ensemble comme cela, même si elles savaient qu’elles ne pouvaient jamais se rencontrer.  Mais la guerre s’approchait, et leur amitié ne pouvait pas continuer.
            Un jour, Big Ben a appris que la France avait été attaquée par une force qu’il ne connaissait pas.  Il savait que les gens étaient en guerre avec quelqu’un, mais il ne le comprenait pas beaucoup, car il n’était qu’un monument qui ne pouvait pas parler avec les humains.  Il s’inquiétait beaucoup pour sa jeune amie, qui pouvait être facilement détruite par les bombes ou missiles.  La tour Eiffel l’a supplié, mais il ne pouvait rien faire.  Les politiciens, les seules personnes qu’il pouvait comprendre, ont dit qu’ils ne voulaient pas une autre guerre, que la France pouvait se protéger.  Plus que tout, il espérait qu’ils avaient raison.
            Mais ils avaient torts.  Paris, la maison de son amie, était pillé.  Les oiseaux avaient trop peur d’y aller.  Même s’il ne le voulait pas, il n’avait pas de choix : il devait accepter que son amitié, une amitié entre deux ambassadeurs de pays différents, était toujours trop dangereux pour un monde qui n’aurait jamais arrêté de lutter.  C’était une amitié qui n’aurait jamais marché.
            Les gens ont dit maintenant que, à ce moment-là, Big Ben a voué de ne jamais parler aux autres monuments, de parler seulement chaque heure pour que les Anglais sachent l’heure.  Il est aussi dit que chaque fois qu’il sonne, il pleure pour la seule amie qu’il ne pût pas aider.

Inspired by Cocteau's Play, Les mariés de la Tour Eiffel: A Short Story by Jenny Nelson

Jenny Nelson
Jenny Nelson, a student in FRE 351 French Theatre, shares with us today a story inspired by Les mariés de la Tour Eiffel, a play by Jean Cocteau. In this play, Cocteau portrays multiple aspects of bourgeois life in Paris put together in suprising ways but organized by a photographer taking pictures of a wedding party. Jenny's story presents surprising aspects of life at Jewell organized by the campus photographer. Not surprisingly, Jewell's cardinal replaces Cocteau's ostrich.

La tour d'horloge sonne *DON* et elle chante comme un cardinal parce qu'elle est un cardinal. Les secondes passent et le cardinal chante La vie en rose. Kyle Rivas et le fantôme de Jewell Hall se réveillent et vont à la chapelle pour regarder le spectacle et prendre les photos du cardinal. Puis, un lion, un écureuil, un lapin, et une tortue sorte de la centre de la cloche et commencent de danser les danses chorégraphiées. Chacun à la musique différente qui vient de l'orgue dans la chapelle. Kyle prend beaucoup de photos des animaux, mais…
*DON*
Les animaux disparaissent de la chapelle et font les pirouettes dans The Perch et le professeur qui vient de la machine d'expresso tire un pistolet à eau, dehors de cela, des escargots viennent. Kyle court, mais quand il arrive, les animaux transforment aux animaux en peluches…
*DON*
Le tonnerre claque et Kyle prend une photo de la neige qui tombe à l’extérieur de la fenêtre. 
*DON*
Les secondes passent et puis les animaux vivants retournent. Kyle prends des photos des animaux qui portent les robes de bal et les talons hauts. Après être photographiés dans leurs robes, les animaux commencent de jouer le football américain et s’attaquent aux autres. Ils arrêtent juste avant le
*DON*
C’est le dernier sonne et puis, les animaux retournent à la cloche avec Kyle et tout d’un coup La vie en rose arrête.


Inspired by Anouilh's play, Becket: A Short Story by Leah Rutliff

Leah Rutliff
Leah Rutliff, a student in FRE 351 French Theatre, shares with us today a story inspired by Becket, a play by Jean Anouilh. In this play, Anouilh portrays the friendship between Henri II and Thomas Becket. Leah's story is about the friendship between two sisters and how, despite their differences, they can get along together.


  Vous avez toujours des problèmes avec votre famille. Elles sont les amis que vous ne avez pas eu à choisir. Deux sœurs, Cara et Lorena, sont bons exemples de ce dicton.  Elles s’aiment, mais parfois, elles s’aiment les uns les autres parce qu'elles doivent. Leur plus gros problème est là la volonté de puissance. Cara est le plus ancien donc elle pense qu'elle devrait toujours être en charge. Lorena est le bébé dans la famille, alors elle pense qu'elle doit toujours arriver à ses fins. Ce problème a suivi les filles, même dans leurs carrières.
  Cara est allé à l'université pour étudier la politique internationale. Elle est un membre du parti de droite et espère devenir le président un jour. Lorena est allé à l’université pour étudier la politique française. Elle est aussi un membre du parti de gauche et aussi espère devenir le président un jour. Elles ont beaucoup de points de vue différents sur la façon dont elles espèrent diriger le pays et cela provoque souvent des arguments, en particulier lors d'événements familiaux.
   Noël est un temps de donner et d'apprécier les choses que vous avez, comme la famille. Cara et Lorena ont un moment difficile avec cela. Un Noël, juste à côté du vote d'un nouveau projet de loi, les sœurs se sont battu pire que jamais qu'elles avaient. Il y a de crie, de pleure, et même de hurlements. Enfin, leur mère avait à se impliquer. Elle les a assis toutes les deux, il les enseignait une leçon précieuse sur la famille. Deux personnalités politiques cultivées être grondées par leur mère. Après cela, les filles ont réalisé qu'il est normal d'avoir différents points de vue sur le monde et il est normal d’avoir à défendre ce en quoi vous croyez mais, il ne est pas correct de traiter la famille mal. A partir de là, les sœurs se sont battus comme des folles au travail, et aimé comme un fou lors d'événements de la famille, surtout pour Noël.

Tuesday, December 9, 2014

JPN 111 Elementary Japanese I Students Share Their Class Picture

Students in his semester's JPN 111 Elementary Japanese I  share their class picture with us. Their instructor, Yoko Hori (second from left) says she appreciates the enthusiasm and fun this class has been this semester. Congratulations on your great experience in JPN 111!
Fall 2014 JPN 111 Class Picture