Monday, December 12, 2011

Fall 2011 Spanish Recital



The Spanish Recital for Fall 2011 took place on Wednesday, November 30. Twenty-two students performed adaptations or research presentations inspired by the short stories studied in SPA 315 Advanced Oral and Written Spanish and SPA 324 Spanish American Literature.

Wednesday, December 7, 2011

Fall 2011 French Recital

Thursday, December 1, the Language Department hosted the French Recital in Yates-Gill College Union. French students in the 300-level courses prepared oral presentations with the French Assistant, Clémentine Bastin. The Recital is an opportunity for our advanced students to exhibit their oral expression skills and the material they have been learning to a wider audience. This year students from FRE 111 Elementary French I, FRE 211, Intermediate French I, and CTI 205 La Doulce France comprised our audience and gave their support to our majors and minors in French.

Students in FRE 315 Introduction to French Studies prepared dramatic monologs on a fictive or historical character from the Second World War. We would like to feature Jillian Bush this semester for her excellent portrayal of Clara, a young Jewish woman who joins the Resistance as a way to avenge her husband's death.



Students in FRE 351 French Theatre of the 17th and 20th Centuries prepared a scene from Molière's Le Bourgeois Gentilhomme. With Clémentine, the four acted scene 10 from act 3 in which Cléonte and Lucille, Covielle et Nicole must work out a misunderstanding and be reconciled.



Congratulations to our performers for their good work this semester.

Monday, December 5, 2011

Study Chinese at William Jewell!

Beijing, one of Jewell's approved study abroad programs
This week the faculty at William Jewell approved two new courses that will form the foundation of a Chinese program at Jewell: CHI 111, Elementary Chinese I and CHI 112, Elementary Chinese II. We are happy to be able to offer these choices beginning fall 2012. In fall 2013 we plan to add the intermediate level, allowing students to complete their language requirement in Chinese and be able to then complete a Chinese Area Studies minor or a self-designed International Business and Chinese major, both of which would require a semester abroad. William Jewell currently has two study abroad programs in China. Students have a choice of studying in Beijing through IES or at Hong Kong Baptist University. We look forward to working with our new Chinese language students next year.

Wednesday, November 2, 2011

Dr. John Westlie, recipient of the Carl F. Willard Distinguished Teacher Award


This semester Dr. John Westlie was chosen to recieve the Car F. Willard Distinguish Teacher Award. On November 8, he delivers the Carl F. Willard Distinguished Teacher Lecture on the William Jewell College campus.


Dr. Westlie’s lecture, “Teaching for Transformation,” explores such issues as “Can our teaching help transform individuals and help them reach their highest potential? How do we use course design and classroom activities to help students bring forward those abilities, already inherent in them, that will not only help them learn but make them better individuals?”

Dr. John Westlie
We celebrate this honor with Dr. Westlie. His positive influence on our students will be missed as will his guidance in our Department as he undertakes new challenges in his retirement from WJC at the end of this academic year.

Friday, October 7, 2011

Aindrea Early's Study Abroad in Madrid

Aindrea Early, International Business and Spanish major, shares her year abroad in Madrid, Spain. At the end of her story, please enjoy her picture show!

IES Class Trip to Segovia, Spain

My year in Madrid was filled with many adventures.  I attended the university at the IES Abroad center while my classes were taught by Spanish professors.  It was a different experience having the Spanish style of teaching which is no homework or tests, just final exams.  While abroad I had the opportunity to travel to many different cities and countries.  While at Jewell the previous semester I had decided to enroll in French classes along with my Spanish classes.  I did not realize how much I would use my French skills.  I don’t know what I would have done when I was stuck in Paris for the night or in Luxembourg where they did not end up speaking much English like we assumed they would.  Also in Madrid I had an internship with a European think-tank called FRIDE which stands for Fundación para las Relaciones Internacionales y el Diálogo Exterior.  I worked in the project planning department reconciling bills with budgets and grant money.  It was very interesting to work in the Spanish working world because it is a much slower pace than the United States.  They would work from 8-6 and take about one and a half to two hours for lunch.  One of the great things about FRIDE is that it has a very international staff.  My boss was from Colombia and there were researchers from England, Africa, The Netherlands, France and more.  There were always many languages being spoken in the office and many different cultures coming together.  In Madrid there are many different places to visit and wonderful art museums.  There are three very famous ones the Prado, the Reina Sofia, and the Thyssen.  The Reina Sofia has the famous painting Guernica by Pablo Picasso.  The Prado is known for all of its Goya and Velazquez paintings.  One of the classes that I took while abroad was Art History and twice a week we would meet at the Prado and walk through looking and learning about different paintings.  It was one of the most amazing experiences to have a Art History class in front of the original paintings not just looking at them in the book.  Since I am majoring in international business and Spanish I also took classes in international finance, the European Union and Spanish Monetary Policy.  I feel like spending a year abroad was one of the best choices I could have ever made.  I left with far fewer regrets and things that I wish I would have had time to do than my friends who were abroad for a semester.  I know that not only my Spanish improved but also me as a person.  When I was leaving in May the IES Abroad Madrid Staff commented on how much I had grown in my confidence and it seemed like I was in my element there in Madrid.  I can’t wait to go back and visit the friends that I made there someday.

Friday, August 26, 2011

Roman Gaul: Paris to Provence


Dr. Jane Woodruff, Classics
 In summer 2011, with 14 other Latin and Roman history teachers/professors, Dr. Woodruff toured numerous Roman sites, both the well known ones like Paris and Marseille (originally founded by Greeks in 600 B.C.E.), others lesser known except to devotees of De Bello Gallico , like Alesia—where Vercingetorix led the last major resistance to the Roman conquest, and still others that were a delightful surprise to most of us, like Mas des Tourelles—a winery on the ancient Via Domitia,  restored in the 1700’s, which still produces Roman-style wines made in the Roman way (mulsum, anyone?).  We also examined Roman artifacts, housed in major museums like the Louvre and in numerous local facilities, and sought out other classical “survivals” dating from the seventh century B.C.E. through the eighteenth century C.E., but with special attention to the period from Caesar’s “Gallic wars” (the 50’s B.C.E.) to the reign of the fourth Roman emperor, Claudius (born in Lyon; he died in 54 C.E.).  At each site, museum, or venue, we heard lectures, including one by Prof. Peter Lethers of the University of Birmingham (U.K.). who has devoted forty years to studying the aqueducts built by the Romans to serve Lyon.  When not debating the virtues of this or that Latin textbook, or persuading a local to let us into a “closed” venue—such as the dry water channel of the Pont du Gard which we then walked, torchlight in hand, we were dashing off individually and collectively to see sites not on the official schedule, such as Chartres Cathedral.  In “down” time we took turns reading aloud from De Bello Gallico—in Latin, of course, with appropriate oratorical flourishes.  We took thousands of photographs for use in future classes, and documented artifacts and ideas potentially useful for our own scholarly work. We walked miles every day, climbed any hill on which a Roman ruin sat (and from which there might be a spectacular view), and came away with a heightened appreciation for 2000+ years of Roman-influenced French culture.

Tuesday, August 16, 2011

Rosemary Loehr, French major, enjoys service-learning experience

Rosemary Loehr
Rosemary Loehr, William Jewell College French major, engaged in a service-learning experience in which she engaged her language skills (learning) to help others (service). Here is an account of her experience in her own words:

This summer I am working at a Refugee Resettlement and lately I have been working with some French speaking clients from the Central Africain Republic! Aside from being able to practice my French, I also gave two of the clients some of my extra French novels. For one of the clients, Valerie, French is his first language so he can speak, write, and read it fluently.  When I gave him my extra copy of L'enfant noir he became very excited and told me that he had read it a long time ago when he was school and he used to own a copy before he had to flee his country.

Valerie came to the U.S. alone because the rest of his family had been killed in CAR. He was living with a roommate (also from the CAR who spoke some French), however the roommate died earlier this week and so now he is by himself. I could tell that it meant so much for him to be able to have something to get his mind off of the recent death of his friend but also to have a connection with his home and his former life. It was really great to be able to share the book with him and be able to discuss what it means to him.

It is hard to speak French with the majority of our clients because their accents are very thick and their pronunciation is very different! So it is nice to have a client who I can understand and who can help me when I'm trying to speak with him! It's definitely really good practice, haha!

Well, I just wanted to share this story with you about my French connection I have been able to make right here in Kansas City.

Tuesday, May 24, 2011

Elsa Richardeau and Yayoi Shinoda Walk in Commencement 2011

Elsa Richardeau at Commencement


Elsa, Richardeau, our French assistant for 2010-2011, participated in Commencement May 14. Never having had the opportunity to participate in a ceremony of this kind, the Department rejoiced with her as she walked to receive her Certificate of Successful Study at WJC for the year.

Yayoi Shinoda

Yayoi Shinoda, our Japanese instructor for the last three years, is also leaving us. Yayoi earned her B.A. in Art and Art History. She has made such positive contributions to Japanese at Jewell and we wish her well as she pursues a Masters degree in Museum Studies in Saint Louis.

Congratulations to both of you!

Thursday, May 12, 2011

Drs. John Westlie and Susan Myers celebrate Years of Service

Dr. John Westlie

Dr. Susan Myers
This year Dr. John Westlie, professor of French and Dr. Susan Myers, chair of Languages and professor of French, celebrate milestones in their teaching careers at William Jewell. Dr. Westlie is celebrating his twenty-fifth year of service and Dr. Myers is celebrating her fifteenth year of service.

Wednesday, May 11, 2011

Celebrating Dr. Jennifer Colón's scholarly achievements

This academic year has been an active time for Dr. Jennifer Colón, assistant professor of Spanish. She has done such a marvelous job coordinating Phi Sigma Iota and the Spanish program at Jewell. But that doesn't mean that she hasn't kept her scholarly life active. Today we'd like to celebrate her three achievements. In scholarly achievement, she has presented at two conferences, reading her paper, "Ysrael/No Face takes Campbell's Hero's Journey in Drown by Junot Díaz" at the Mountain Interstate Foreign Language Conference in Roanoke, VA, in October 2010 and "La imagen de una mujer: un estudio de género en Mujeres de ojos grandes por Ángeles Mastretta" at the Kentucky Foreign Language Conference in April 2011. For scholarly service, she chaired the session, "Women Writers of Spain and Latin America" at the South Atlantic Modern Language Association conference in Atlanta, GA in November 2010.

Friday, May 6, 2011

Aindrea Early wins Phi Sigma Iota President's Scholarship


The Languages Department is proud to announce that Ms. Aindrea Early, a double major in both Spanish and International Business-Spanish, has been awarded the President's Scholarship by the Executive Committee of Phi Sigma Iota. The selection was based on faculty recommendations, the recommendation of the Phi Sigma Iota Chapter sponsor, and a personal statement written in both English and the language of study. Aindrea is currently finishing a year of study abroad in Spain and we await her return next fall to congratulate her in person and welcome her back to Jewell.

Aindrea Early
Congratulations, Aindrea!

Dr. Jennifer Colón, Jessica Shanks and Desiree Marmon featured in Phi Sigma Iota's The Forum


The Forum, the publication of Phi Sigma Iota, the International Foreign Language Honor Society, features three Jewell colleagues in its Spring 2011 edition.

Dr. Jennifer Colón's submission was featured in the section, "Big Projects on Small Grants," reporting on the language reading rooms made possible by a Phi Sigma Iota Grant, reviewing the goals the Chapter has for its reading rooms and the (much appreciated) work she put into creating these spaces.
Dr. Colon


In the section "From The Rostrum", Jessica Shanks and Desiree Marmon, majors in Spanish, wrote a submission entitled, "Our Study Abroad in Barcelona." In this reflection piece, Jessica and Desiree talked about their learning experiences while in Spain, commenting on unforgettable events, bonding experiences, language challenges and learning Spanish culture.
Desiree marmon

Jessica Shanks


Congratulations on your acheivements!

Friday, April 29, 2011

Spring 2011 French and Japanese Recital

The French and Japanese Recital Program

The French and Japanese Recital took place yesterday, Thursday, April 28. Students from FRE 354 Twentieth Century Francophone Novel developed informative presentations introducing countries from the Francophone World. Paige Bolduc, JPN 212 Intermediate Japanese II, volunteered to present her summer study experienc in Japan.

I am happy to highlight Paige's recital in Japanese today, our first on the blog.

Congratulations to all our advanced language students!

Wednesday, April 20, 2011

Dakkota Huber: French and a cruise in the Caribbean




Dakkota Huber, FRE 114 Accelerated Beginning French student, comments on her trip to St. Martin, her experiences with the French language and with the people. Thank you, Dakkota, for sharing your beautiful photos with us!


Dakkota Huber


Cruise Experience
                  In early March, I went on a Royal Caribbean cruise with my family to the Caribbean Islands: St. Thomas, St. Martin, San Juan, and Labadee, Haiti.  I had been so excited just to go on vacation to places I had never been and to just sit and relax.  I knew that St. Martin or St. Maarten (if you’re on the Dutch part of the island) was a francophone country and I was totally excited to use some French I had been learning.  As soon as we boarded the ship, I could hear so many different languages but I kept my ears open for French.  When we had a “prep-for-the-Titanic” drill, my grandpa and I sat next to a French family.  I could pick up on several words little words and phrases such as what time they were going to eat lunch.  I was so surprised that there were so many French people on our ship!  Each time we heard a foreign language my family would look at me and I would nod my head if I knew they were speaking French.  In fact, each day the ship provided an itinerary that told guests what was going on each day on the ship!  I went and got an itinerary listed in French and could read most of it. 
                  On the fourth day of our cruise, we ported at St. Martin.  This was it: my chance to play translator for my aunt, uncle, and grandpa.  We took a 4x4 jeep tour around the island.  As my uncle drove, I pointed out different signs that were in French and read them aloud to my family.  My aunt was impressed that I could tell them what times that a store opened and closed—they couldn’t tell because it was listed in French. The views were beautiful, but the island itself was very dirty.  It was surreal to see the amount of poverty that engulfed the island.  It became further apparent when we visited a marketplace on the French side of the island.  Merchants sold souvenirs such as t-shirts, magnets, bags, and hats, but they also sold the French headscarves that are worn in the Caribbean because it is so hot there—It was only March and it was blazing hot!!  It is really sad because I didn’t want to barter too much with the natives because I knew that selling these products is their only lifeline to survive.  It’s how they made a living.  I bought several things including a magnet and hats for my little brothers.  I looked at some of the island dresses they were selling for my little sister.  The woman who ran the stand hurried over to help me—and to try to make a sale—we went through several sizes but I couldn’t decide which size would fit my little sister.  The woman kept holding up larger dresses, but didn’t understand that they were too big.  I thought quickly about what French I knew that would help me in this situation. Aha!  “Trop grande!”  It may not have been the most correct way to say that the dress would be too large for my sister, but those few words conveyed the message and the woman understood what I was saying.  I didn’t end up buying a dress from that shop, but in order to thank the woman for her efforts in trying to help me, I did buy hats the for my brothers from her.  After that, we left the merchant area and looked around a shopping mall—which was listed in euros not in American dollars!
                  Even though I may not have been able to carry on a full conversation with any French people I encountered, I could understand and respond with the vocabulary and the knowledge I did have.  It was fun to be able to use what I had been learning, and it was even more fun to share that knowledge with my family. 

Tuesday, April 19, 2011

La vie en rose

La Vie en rose (in french)
Thursday 28th April in Jewell 226 at 7:30

La vie en rose (released in France as 'La Mome') is a french-canadian biographical movie about the life of Edith Piaf, a very famous french singer.

Dr. Jane Woodruff Presents Papers at Mid-America Medieval Association et the Missouri Valley History Conference

Dr. Jane Woodruff presented papers at two conferences  this year, the Mid-America Medieval Association (MAMA) in February, conference theme “Medieval Recycling” (Presentation title:  “Not your Father’s Historia: Re-imagined Classical Forms, Characters, and Themes in Fredegar’s Epitomata”), and the Missouri Valley History Conference in March (Presentation title: “Literary Places and Historical Spaces: Fredegar and the Early Merovingian Franks”).  This summer, she will participate in a study tour of “Roman Gaul,” organized by the Vergilian Society.

Monday, April 18, 2011

Phi Sigma Iota Induction Ceremony 2011



Saturday, April 16, the Phi Theta chapter of Phi Sigma Iota welcomed seven new initiates. Held after Honors convocation and during Family Weekend, the event allows the Languages Department to honor achievement among our majors and minors. Honored and welcomes into the chapter this year are: Katelyn Bennett (French minor), Tracy Cvetan (Spanish minor), Megan Dennis (French major), Ashton Long (French and Spanish minors), Megan McConnell (Spanish major), Samantha Sanders (Spanish major). Each initiate had the opportunity to talk about their language experience and goals and after receving their certificate, honor cords and pin, fellowship time was enjoyed by all.
Tracy Cvetan receives her certificate and honor cords.

Ashton Long receives her pin.

Megan McConnell receives her certificate.

Samantha Sanders receives her certificate.

Thanks to Jessica Shanks, inducted last year, for her participation and to Desiree Marmon, current President of Phi Sigma Iota, for her help in the pinning ceremony.
Jessica Shanks, Megan McConnell, Ashton Long, Samanatha Sanders, Tracy Cvetan and Desiree Marmon
Tracy Cvetan

Ashton Long
Megan McConnell

Samantha Sanders

Friday, April 8, 2011

Short Stories

This is the last stories written by our student majoring in French.

Some very touching personal texts about relatives or friends.


"Grandir"

Ma meilleure amie Sam est une personne très détendue. Elle ne devient jamais folle et elle arbore toujours un sourire sur son visage. Elle a de longs cheveux bruns à qui, au cours des années, se sont ajouté de nombreux reflets blonds.

Un jour, je suis allée à l’école et j’ai vu Sam. Elle portait des stries noires et rouges dans ses cheveux. A l’école de cosmétologie de Sam, les étudiantes font des expériences les unes sur les autres tout le temps. De cette façon, quand les clients viennent pour se faire couper les cheveux ou se faire faire une couleur, les étudiantes ont déjà beaucoup de pratique.

Tout chez Sam reflète la relaxation. Quand elle sourit, ses lèvres bougent très lentement, un peu comme si son sourire rampait sur son visage tel un escargot. Elle fait aussi quelques blagues. Tout le monde va rire d’une plaisanterie en un clin d’œil, alors que Sam va comprendre la blague et rire quelques secondes plus tard. Ce qui est intéressant chez Sam, c’est qu’elle peut rire d’elle-même. Si quelqu’un se moque d’elle, elle va également rire avec tout le monde. Elle fait même des blagues sur elle-même parfois.

Sam et moi sommes meilleures amies depuis que nous avons seize ans. Pendant un certain temps, nous copions l’une sur l’autre. Sam a commencé à porter des chaussures « Vans patineur » quand j’ai commencé à en porter. Ses longs cheveux m’ont également rendu jalouse. Puis j’ai grandi et Sam a commencé à faire du shopping à « Forever 21 » avec moi. Au fil des ans, nous nous sommes observés l’une l’autre, et maintenant nous nous habillons de manière très similaire.

Un jour, alors que nous étions chez notre ami Jason et qu’il m’embêtait, j’ai regardé Sam mais elle ne pouvait pas voir mon visage et comprendre que j’étais frustrée et que je voulais partir. D’après son visage, elle devait être d’accord avec moi. J’ai inventé une excuse stupide pour que nous puissions sortir de la maison de Jason et aller nous amuser ailleurs.

Sam et moi avons toujours été capables de lire sur le visage de l’autre. Nous veillons l’une sur l’autre. Nos amis trouvent cela gênant parce que nous pouvons avoir des conversations entières qui les excluent, mais c’est notre petit truc à nous.


Sam m’a vraiment aidé à m’installer et à me détendre. J’avais un agenda très chargé au lycée. J’allais à l’école à six heures du matin et après les cours, je devais aller travailler. Je ne pouvais pas diner trop tard, et j’ai l’habitude de ne pas m’endormir avant minuit. J’ai rarement eu le temps d’étudier, sans parler de sortir avec des amis. Quand je sors avec Sam, elle avait une façon de me calmer. Quand nous étions ensemble, j’arrêtais de me faire du souci concernant mes candidatures à l’université, mon emploi du temps ou mon état de fatigue. En retour, j’ai aussi aidé Sam à surmonter son stade d’adolescente rebelle. Elle a toujours l’habitude d’aller aux fêtes, et elle avait l’habitude de fumer des cigarettes tous le temps. J’ai montré à Sam comment passer de bons moments sans nécessairement sortir. Je l’ai également convaincu d’arrêter de fumer.

En conclusion, j’ai aidé Sam à grandir et elle m’a aidé à cesser de grandir.

Bailey Moffitt

Ma mère

Il est difficile d'imaginer ma vie sans ma mère. Elle a joué un grand rôle dans mon développement en tant qu’individu et que chrétienne. J'ai beaucoup de respect et d’admiration pour elle. Elle m'a montré sagesse et m’a toujours encouragé dans la bonne direction. Elle me montre l'exemple par la foi. Elle me montre l’exemple au quotidien et m'encourage sans tenir compte de l’envergure des obstacles auxquels je dois faire face. Elle est ma compagne de prière. Je l’estime et je l'admire. Ma mère m'a beaucoup apprit ; en particulier les leçons les plus simples de la vie. Par exemple, elle m’a apprit à cuisiner et à faire la lessive ou bien encore comment interagir avec d'autres. Ce qu’elle m’a enseigné varie des petites tâches à des leçons sentimentales ou spirituelles.

J’ai toujours eu un bon contact avec ma mère. Il y eu une période dans ma vie où notre relation était une relation « de fille à mère » standard. Rien de spécial. Nous communiquions bien et je la respectais mais je ne lui permettais pas de s’impliquer dans ma vie. Lorsque les choses ont changé dans ma famille et que ma relation avec le Seigneur est devenue la chose la plus importante de ma vie, ma relation avec ma mère à également changé. Le Christ est devenu le centre de notre relation et le centre de notre famille. Depuis cela, notre relation est devenue plus forte. Elle est ma plus grande supportrice et ma meilleure amie. Je suis bénie de l’avoir pour mère. J'ai grandi en tant qu’individu dans tous les sens du terme (mentalement, physiquement, et spirituellement) et cela a eu un impact sur ma relation avec ma mère qui est par la suite, devenue très importante dans ma vie. Aujourd'hui nous parlons de tout ensemble. Elle me parle de ses inquiétudes et de ses joies. Je lui parle de l’école et de mes activités quotidiennes. Nous prions l’une pour l’autre, ce qui fait de notre relation une relation saine. Je lui téléphone tous les jours. Maintenant que je suis à l’université et que je ne la vois pas au quotidien, je passe du temps à communiquer par téléphone avec elle. Cela ne me rend que plus heureuse de la voir.

Depuis mon jeune âge, je me suis impliqué dans beaucoup d'activités qui m'ont aidé à me développer. J’ai fait de la danse et du basketball. J’ai voyagé un peu avant de me consacrer à mes études. L’aide précieuse d’une personne permet de découvrir ses talents personnels. Toutefois, les gens autour de moi ayant les mêmes activités, ont également eu une influence sur moi. Ma mère s’est impliquée dans toutes mes activités. Comme je l'ai dit, elle a été celle qui m’a le plus encouragé. Peut-être la plus grande influence que ma mère a eu sur moi est de me montrer ce que signifie être Chrétien. J'ai grandi dans l’influence de l'église mais je n'ai jamais affiché ma foie comme elle le fait. Elle montre l'exemple aux autres. Quand elle échoue, elle l'admet, mais s'efforce quotidiennement de ressembler au Christ. Elle m'a montré comment vivre et comment continuer mon chemin même quand j'échoue. Avoir un exemple à suivre et à admirer est essentiel pour développer votre identité et vos convictions personnelles. Je suis si bénie que la personne que je respecte le plus est un individu qui me donne un exemple pieux.

Katelyn Bennett

Friday, April 1, 2011

Phi Sigma Iota hosts Québécois film night

Thursday, March 31, Phi Sigma Iota hosted an international film night featuring the movie, La Grande Séduction by noted Québécois director Jean-François Pouliot. Students enjoyed this charming comic film and learned about life in a remote small town in northern Quebec.

Monday, March 21, 2011

Short Stories

This is the last stories written by our students majoring in French, some beautiful and touching personal texts:

Mon amie Kimmie

Ma meilleure amie s’appelle Kimmie. Elle mesure 1,60 mètre et elle a les cheveux bruns. Elle a un teint très clair et arbore toujours un magnifique sourire. Nous étions amies depuis cinq ans et nous étions inséparables. Nous sommes allés au même lycée. Elle a le cœur sur la main et beaucoup de patience. Elle a toujours été là lorsque j’ai eu besoin d’elle.

Bien que nous nous disputions de temps à autres, nous trouvions toujours un moyen de nous réconcilier. En réalité, elle est plus une sœur qu’une amie à mes yeux. Sa famille et ma famille sont également très proches.

Maintenant, j’habite près de Kansas City sur le campus de William Jewell et elle habite sur le campus de l’Université de Saint-Louis. J’aurais voulu qu’elle ne déménage pas si loin. Ce n’était pas facile, mais, je sais que la distance n’est pas ce qui importante. Notre amitié n’en sera pas affectée. Bien que nous ne puissions pas nous voir, on bavarde chaque soir et nous savons que nous nous reverrons bientôt.

La chose la plus précieuse que quelqu'un peut faire pour vous est de vous donner une leçon. Mon amie Kimmie a toujours eu beaucoup d’influence sur moi. Elle m'aide dans différents domaines, mais la chose la plus importante qu'elle ait faite pour moi fut de m'aider à être quelqu’un de meilleur.

Lorsqu’elle m’écoutait parler de mes problèmes, elle m’a montré comment avoir une bonne écoute auprès des autres et en m’aidant à résoudre mes propres problèmes, elle m'a appris à être une source d'aide pour les gens. C’est ma meilleure amie.

Rosemary Loehr

Ma soeur

La vie d’une personne est influencée par tous les gens qu’il ou elle rencontre tous les jours. C'est nos relations et nos expériences qui font de nous ce que nous sommes. Dans ma vie j'ai été influencé et j’ai été touché par beaucoup de personnes, mais peut-être que de tous ces individus, une personne se distingue au-dessus de toutes. Elle est plus qu'une meilleure amie. C’est ma sœur de cœur. Elle est mon rire, ma motivation, mon amour, et mon âme-sœur. Je suis si reconnaissante que Dieu m'ai donné une telle sœur. C’est ma compagne de tous les jours. On s’entre-aide. Laura me conseille dans mes taches quotidiennes. J’ai beaucoup d’estime pour elle et je respecte sa sagesse. Dieu l’a doté de capacités que je ne possède pas. Ainsi, nous nous complétons bien. Nous sommes passés dans beaucoup de vallées profondes dans la vie ensemble. C'est par la grâce de Dieu que nous nous sommes avéré être les individus que nous sommes, et je suis honorée de pouvoir l’appeler ma sœur, ma meilleure amie, ma conseillère, et la personne que j’admire.

Juillet 2008 est un mois que je n'oublierai jamais. Il faisait environ 40 degrés et l’air était humide. Après quatre heures passés dans la voiture nous étions très excités à l’idée de passer un super été. Puis, nous sommes enfin arrivés à K-Klassic de Kanakuk Kamps. C’était la première fois que je venais ici. Ma sœur était déjà une campeuse depuis cinq ans et donc légèrement plus expérimentée à la vie au camp que moi. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Kanakuk a complètement changé ma vie. Découvrir Kanakuk avec ma sœur est probablement l’un de mes meilleurs souvenirs. J'ai enfin compris l’énergie et pouvais contribuer à l’ambiance qui régnait dans le camp au bout de deux semaines. Nous avons eu un évènement radical dans nos vies deux ans plus tôt qui a totalement transformé notre chemin avec Dieu. Ce dernier a eu une nouvelle direction pour la vie de ma sœur et la mienne.

Kanakuk fut un lieu pour notre croissance spirituelle à toutes les deux. C'est un lieu que nous tenons si près de nos cœurs parce qu'il a joué un rôle significatif dans notre développement et notre rapport avec le Christ. Notre connexion avec ce camp continue aujourd’hui. Cet été quand ma sœur travaillera avec moi elle deviendra un membre du personnel. Je suis excité à l’idée de voir comment nous continuerons à nous développer et à grandir quand nous passerons l’été dans l’endroit le plus glorieux sur la terre.

Kanakuk a joué un rôle énorme dans ma vie au cours des années. Il a influencé ma perspective sur la vie. Je sais que ca a eu le même effet sur ma sœur. Cet endroit a également changé notre relation. Nous nous connectons à présent à un niveau plus profond. Notre relation est solide et saine grâce aux valeurs que nous avons apprises. J’ai appris à respecter ma sœur et je la vois d’une façon très différente aujourd’hui. J’ai beaucoup appris avec ma sœur et J’ai beaucoup appris durant mes étés passe au camp. Je me suis rendue compte que le Seigneur est tout ce dont j'ai besoin dans la vie. Je prends conscience de son amour et de son pouvoir au quotidien par l’intermédiaire de ma sœur. Je suis reconnaissante d’avoir la famille que j’ai.

Katelynn Bennett

Mon Grand-père

La personne la plus influente de ma vie est mon grand-père. Parce que mes parents travaillaient beaucoup lorsque mon frère et moi étions petits, ils nous confiaient à nos grands-parents durant la journée. Par affection pour eux, nous les appelions «Papa» et «Mama» car ils ont joué un rôle important dans notre développement. La vie de mon grand-père a été marquée par les luttes et les tragédies qui ont fait de lui une personne plus forte et plus attentive aux autres ce qui me pousse à devenir une personne meilleure.

Quand Papi était plus jeune, il a subit une tragédie : la mort de sa mère. Non seulement les huit enfants ont perdu leur mère, mais en plus, à cause de cette tragédie, le père de Papi est tombé dans une profonde dépression et s’est mit à boire. Parce que son père n'était plus capable de s'occuper de sa famille, Papi a du s’en charger.

A cette époque Papi venait de se marier et s’apprêtait à commencer sa propre vie, mais il fut confronté à une décision difficile. Papi a compris qu'il devait s'occuper de ses deux familles et avoir deux emplois pour être capable de subvenir aux besoins de tout le monde. Alors qu’il aurait pu profiter de son épouse et de ses enfants, il devait passer son temps libre à travailler et à aider ses frères et sœurs. Chaque fois que j'entends cette histoire, cela me remotive car Papi a su assumer des responsabilités qui n’étaient pas les siennes mais dont quelqu’un devait se charger et c'était la meilleure chose à faire.

Plus tard, il a souffert d'une attaque d’apoplexie et de plusieurs autres problèmes médicaux. Plusieurs fois, ma famille a eu peur de le perdre, mais il ne nous a jamais quitté et a toujours gardé le sourire. Même si Papi a souffert et lutté plus que toutes autres personnes que j'ai rencontré, il est très attentionné, réfléchi, et désintéressé ce qui me fait beaucoup réfléchir.

Quand j’étais petite je suis souvent allée chez mon grand-père. Naturellement je l’aimais beaucoup car il me gâtait beaucoup comme tous grands-parents gâtent leurs petits-enfants. Mais le souvenir le plus important à mes yeux est quelque chose que mon grand-père me dit quand nous disons « au revoir ». Il me regarde toujours dans les yeux, tient mon visage et me dit avec un sourire « qu’elle belle fille tu es ! ». Je n’ai pas besoin que quelqu’un me dise que je suis belle mais quand mon grand-père me le dit, ca compte tellement.

Avoir un grand-père comme mon Papi m’a permit de beaucoup apprendre sur la vie et sur moi-même. Malgré les obstacles, Papi a continué de croquer la vie à pleines dents. De plus, il s'occupait d’une grande famille. Grace à son expérience, j'ai appris que la famille est la chose la plus importante dans la vie.

Pendant les moments difficiles, Papi est resté avec les siens, car sans lui, ils n'auraient jamais pu survivre financièrement ou moralement. Il m'a appris à être généreuse. Il m’a également appris que l’on peut toujours trouver pire que sa condition. Les problèmes médicaux de mon grand-père m’ont apprit à être forte et courageuse en présence de la peur.

Bien qu'il ne l’ait jamais exprimé, je suis presque certaine qu’il avait peur. Il avait peur de la mort et de ne pas voir ses enfants et ses petits-enfants grandir. Cependant Papi ne l’a jamais montré. Il a fait cela non pas pour lui-même mais pour sa famille afin de les rassurer. Il m'a aussi prouvé qu’il ne fallait jamais abandonner.

Ses problèmes de santé ne lui ont jamais fait baisser les bras. A une époque, alors que son état de santé empirait et que nous avions peur de le perdre, il disait entendre une musique particulière. Il voulait suivre cette « mélodie » mais il s’est battu. Il m’a apprit l'importance de l'amour et les relations entre les gens. Il me demande constamment comment je vais et est toujours prêt à m’écouter et à m'aider si quelque chose me tracasse. Pour toutes ces raisons Papi est devenu la personne la plus influente dans ma vie.

Rachel Klopstein

Listen

La Santé

Ma grand-mère fut la personne la plus importante de ma vie quand j’étais petite. C’est toujours le cas aujourd’hui. C’est une des meilleures cuisinières que je n’ai jamais rencontré. Elle fait toujours de délicieux biscuits, des gâteaux et des tartes. Elle est mariée à mon grand-père depuis plus de quarante ans. C’est le plus heureux des couples mariés que je connaisse.

Ma grand-mère est également une grande couturière. Elle a cousu pour moi des couvertures, des oreillers et des poupées lorsque j’étais petite. Quand j’avais neuf ans, j’ai acheté ma première poupée « American Girl ». Mamie a confectionné un tas de vêtements pour ma poupée. Ella a essayé de m’apprendre à coudre une fois, mais j’étais trop impatiente. Du coup, je me suis piquée avec l’aiguille.

Ma grand-mère a été diabétique presque toute sa vie, et elle a eu beaucoup d’autres problèmes de santé. Quand j’avais seize ans, elle a eu un cancer du sein et a du passer par la radiothérapie pendant des mois. Heureusement, elle n’a plus besoin de chimiothérapie et est aujourd’hui en rémission. Lorsque l’on m’a diagnostiqué un mélanome l’année dernière, mes grands-parents sont montés à Chicago et sont restés avec moi pendant mon opération, ainsi que lors de ma convalescence. Ma grand-mère est restée avec moi pendant quelques mois alors que j’étais à la maison et elle m’a consolé quand j’étais déprimée à cause de ma maladie. Elle a toujours été comme une seconde mère pour moi, et notre relation est très spéciale.

La première semaine à l’université, je n’étais pas là, on m’a diagnostiqué un mélanome, un cancer de la peau. J’ai été immédiatement rapatrié pour que je puisse rencontrer un certain nombre de chirurgiens. J’ai eu besoin que l’on m’enlève le cancer rapidement, avant qu’il ait une chance de se propager. J’ai eu peur ; peur pour ma vie, peur pour ma santé. Mes grands-parents sont venus me voir après que je suis rentré. Ils avaient l’intention de rester avec moi jusqu'à ce que je récupère de mon opération. Mon cancer a non seulement interrompu ma vie, il a interrompu leur vie aussi. J’ai rencontré deux chirurgiens avant de choisir le Dr Das Gupta, un spécialiste de l’Université de l’Illinois à Chicago. Comme ison programme était chargé, mon opération n’a pas été planifiée avant plusieurs semaines après ma première visite avec lui. Mes grands-parents étaient avec moi jusqu'à l’opération, et ils ont attendu mon réveil. Ma grand-mère s’est même faufilée dans la salle de réveil, où seuls les patients et les infirmières sont autorisés. Elle voulait s’assurer que je n’étais pas seul.

Il m’a fallu des semaines pour récupérer de mon opération, et mes grands-parents sont restés avec moi pendant tout ce processus. Bien que mes parents étaient au travail, mes amis à l’université, mes grands-parents étaient là. Nous n’avons pas fait grand-chose à part regarder la télévision et dormir, mais c’était tout ce que je pouvais faire de toute façon. Ils sont restés avec moi jusqu'à la veille de mon départ pour la fac, lorsque l’on m’a dit que j’avais à nouveau besoin d’une opération quelques semaines plus tard, ils sont revenus aussitôt. Ils m’attendaient déjà à la maison quand je suis rentré de l’université pour la deuxième fois. Encore une fois, ils étaient avec moi à travers tout cela.

Même si mes deux grands-parents, mes parents, et mes amis les plus proches étaient avec moi lors de ma convalescence, la personne la plus importante a été ma grand-mère. Elle venait dans ma chambre la nuit me border. Elle me préparait mes plats préférés pour le déjeuner et le diner. Elle vérifiait que je prenne mes médicaments contre la douleur pour que je me sente aussi bien que possible. Ma grand-mère, comme je l’ai déjà dit, a également des problèmes de santé. Elle est diabétique et a besoin de se piquer deux fois par jour. Elle doit aussi prendre un certain nombre de pilules et être suivie en permanence pour s’assurer que son cancer ne refasse pas surface. Elle avait une maison dont elle prenait soin dans l’Indiana mais je suis sa priorité et c’est ce qui la rend si importante pour moi. Je suis sa seule petite-fille, et elle m’aime de tout son cœur autant que je l’aime.

Bailey Moffitt