Thursday, February 24, 2011

FRE 324 Short Stories

Les « quatre fantastiques »

Un de mes souvenirs les plus mémorables fut un voyage lorsque j’étais enfant. Mes parents, mon frère, ma sœur, mes cousins et moi sommes partis en vacances ensemble en Floride. J'avais environ six ou sept ans (je ne me souviens plus très bien l’âge exact). Nous étions déjà allés en Floride auparavant mais je n’en avais pas le souvenir. Donc ca allait être en quelque sorte pour moi une première fois et j’étais vraiment heureuse d’y aller. De plus, cette fois j'allais avoir quelqu'un d'autre pour jouer en plus de mon frère et de ma sœur! Inutile de dire que j’étais tellement enthousiaste d’y aller que je n’ai pas pu dormir la nuit qui précédait le départ.
Puis, quand il fut temps de partir nous avons chargé les voitures. On a emporté des maillots de bain et des matelas pneumatiques pour la baignade. On s’est préparé pour un voyage qui m'a semblé une éternité, mais, qui en réalité, n'a duré que deux jours et treize heures de conduite. Pour un adulte, le voyage n'était pas très agréable, mais pour une enfant de six ou sept ans qui a hâte de jouer dans le sable et de se baigner, c'était insupportable. Mes cousins étaient dans une autre voiture que celle de mon frère, ma sœur et moi. Etant donné que nous n'avions pas de téléphones portables à cet âge-là, nous avons parlé par talkie-walkie. Lorsque vous parlez à quelqu'un par talkie-walkie vous devez appuyer sur le bouton sur le côté du dispositif ; puis vous devez relâcher le bouton pour entendre l'autre personne. Etant donné que nous étions petits, nous avons eu beaucoup d’ennuis avec ce concept, car nous n'avons jamais relâché le bouton. Ainsi, nous ne pouvions pas entendre ce que l'autre personne disait. Nous avons appuyé sur le bouton et dit;
« Bonjour ...? »
« Bonjour ...! »
« M'entendez-vous? »
«Maman! Les talkies-walkies ne fonctionnent pas! »
De retour a la maison, nous avons enfin compris comment ca fonctionnait.
Notre hôtel était sur la plage de sable blanc de la ville de Panama. Je fus étonnée de voir que le sable sur cette plage était blanc car je pensais qu’il serait jaune comme dans mon bac à sable. La seule explication qui me vint à l’esprit fut que quelqu'un devait déverser de la peinture blanche sur les plages. Bientôt tout le monde s’installait et nous avons donc commencé à profiter de la beauté de l'océan. Nous avons fait des voitures dans le sable et avons chassé les vagues dans l’océan. Nos vacances se sont ainsi déroulées jusqu'à ce qu’un événement inattendu survienne : un ouragan. Ma mère a pris l'ouragan très au sérieux. Nous avons remballé nos affaires et nous sommes partis. Je ne pourrais jamais comprendre pourquoi tout le monde était si inquiet et j’étais furieuse de devoir partir.
Les gens qui étaient en vacances avec moi ont fait de ce voyage, un voyage mémorable. Contrairement à nos précédentes vacances, nous sommes partis avec mes cousins favoris, ma tante et mon oncle. Cela m’a permit non seulement de m’éloigner de mon frère et de ma sœur mais aussi de me faire de nouveaux amis. Ma cousine la plus âgée, Kelly, était au lycée à cette époque et je pensais qu'elle était la personne la plus cool du monde. Elle a toujours été et est toujours, vraiment extravertie et jolie. Elle est très grande, fine et jolie, et elle a les cheveux bruns et les yeux marron. Je voulais être comme elle donc je l'ai suivi pas à pas. Ma cousine qui est un peu plus jeune, Wendy, était au lycée aussi à cette époque et je l’admirais également car elle était très intelligente et sportive. J'ai souvent écouté les conversations de Wendy avec d’autres adultes parce qu'ils étaient tellement intelligents ; mais je n'ai jamais compris ce dont elle parlait.
Les deux suivants Heidi et Eric, ainsi que mon frère et moi faisions partis des « quatre fantastiques ». Nous nous étions surnommés les « quatre fantastiques », car nous avions à peu prés le même âge, à un an de différence près. Nous avions toujours des ennuis. Heidi était l'instigatrice et le chef. Nous avons toujours suivi son exemple, même quand elle nous a crée des ennuis. Sa personnalité correspondait à celle d'un fauteur de troubles. Elle était très sociable, difficile et exigeante. Eric, était la force musculaire de l'opération, et ce que pensaient les autres lui était égal. C'est d’ailleurs pour cela que nous l'aimons. Il était juste là pour s'amuser. Mon frère et moi, nous étions le cerveau de l'opération. Nous pensions toujours à des plans d'actions, ainsi qu’a leurs conséquences. Ensemble, nous avons été les «quatre fantastiques» et ensemble nous avons passé des vacances géniales que je n'oublierai jamais.



Il y a un épisode en particulier qui est très important pour moi. Au milieu de nos vacances, nous sommes allés dans un parc d'attractions dans la ville de Panama. Ma mère était restée à l'hôtel avec ma petite sœur parce qu'elle avait une infection a l’oreille et elle ne se sentait pas bien. Alors mon père nous a emmené, mon frère et moi au parc d’attractions.
Quand nous sommes arrivés au parc, mes cousins étaient déjà là, dans la queue pour les montagnes russes. Mes cousins, Kelly et Wendy, étaient dans la queue pour un manège ou vous êtes assis dans une cage et on vous envoie en l'air comme un lance-pierres. Le manège semblait terrifiant mais j’ai prié mon père de me laisser y monter. Il était hésitant au début, mais a cédé quand ma cousine, Heidi, qui avait seulement un an de plus que moi, a dit qu'elle allait y monter. Heureusement, ma mère n'était pas là parce qu’elle a le vertige.
Je me souviens de l'escalade pour monter dans la cage, et parce que nous étions très petites, les forains nous ont mis des gilets de sauvetage, ceux que vous porter quand vous nager, afin de nous maintenir dans nos sièges. Mais à cause de ces gilets de sauvetage je ne pouvais pas atteindre la barre pour me tenir et il fallait que je sois capable de me tenir. Pendant le manège, j'étais terrifiée, mais je me suis tout de même bien amusée! Ce manège a été certainement le point culminant de mon voyage et un épisode dont j’aime parler.

Ce moment dans le parc d'attractions dans la ville de Panama a été très important et spécial pour moi parce que c'était mon premier acte d'indépendance. Avant cela, je suivais toujours les indications de mes parents. Ce manège a marqué mon premier acte indépendant, distinct de celui de mon frère parce qu'il avait trop peur d'aller sur ce manège. Le fait de monter sur ce manège sans craintes a montré ma force, ma détermination, mon courage et mon indépendance. Après cet événement, je suis devenu encore plus indépendante et courageuse. Depuis, je fais des choses que je n'aurais jamais été capable de faire avant.

Rachel Klopstein

No comments:

Post a Comment