Monday, March 21, 2011

Short Stories

This is the last stories written by our students majoring in French, some beautiful and touching personal texts:

Mon amie Kimmie

Ma meilleure amie s’appelle Kimmie. Elle mesure 1,60 mètre et elle a les cheveux bruns. Elle a un teint très clair et arbore toujours un magnifique sourire. Nous étions amies depuis cinq ans et nous étions inséparables. Nous sommes allés au même lycée. Elle a le cœur sur la main et beaucoup de patience. Elle a toujours été là lorsque j’ai eu besoin d’elle.

Bien que nous nous disputions de temps à autres, nous trouvions toujours un moyen de nous réconcilier. En réalité, elle est plus une sœur qu’une amie à mes yeux. Sa famille et ma famille sont également très proches.

Maintenant, j’habite près de Kansas City sur le campus de William Jewell et elle habite sur le campus de l’Université de Saint-Louis. J’aurais voulu qu’elle ne déménage pas si loin. Ce n’était pas facile, mais, je sais que la distance n’est pas ce qui importante. Notre amitié n’en sera pas affectée. Bien que nous ne puissions pas nous voir, on bavarde chaque soir et nous savons que nous nous reverrons bientôt.

La chose la plus précieuse que quelqu'un peut faire pour vous est de vous donner une leçon. Mon amie Kimmie a toujours eu beaucoup d’influence sur moi. Elle m'aide dans différents domaines, mais la chose la plus importante qu'elle ait faite pour moi fut de m'aider à être quelqu’un de meilleur.

Lorsqu’elle m’écoutait parler de mes problèmes, elle m’a montré comment avoir une bonne écoute auprès des autres et en m’aidant à résoudre mes propres problèmes, elle m'a appris à être une source d'aide pour les gens. C’est ma meilleure amie.

Rosemary Loehr

Ma soeur

La vie d’une personne est influencée par tous les gens qu’il ou elle rencontre tous les jours. C'est nos relations et nos expériences qui font de nous ce que nous sommes. Dans ma vie j'ai été influencé et j’ai été touché par beaucoup de personnes, mais peut-être que de tous ces individus, une personne se distingue au-dessus de toutes. Elle est plus qu'une meilleure amie. C’est ma sœur de cœur. Elle est mon rire, ma motivation, mon amour, et mon âme-sœur. Je suis si reconnaissante que Dieu m'ai donné une telle sœur. C’est ma compagne de tous les jours. On s’entre-aide. Laura me conseille dans mes taches quotidiennes. J’ai beaucoup d’estime pour elle et je respecte sa sagesse. Dieu l’a doté de capacités que je ne possède pas. Ainsi, nous nous complétons bien. Nous sommes passés dans beaucoup de vallées profondes dans la vie ensemble. C'est par la grâce de Dieu que nous nous sommes avéré être les individus que nous sommes, et je suis honorée de pouvoir l’appeler ma sœur, ma meilleure amie, ma conseillère, et la personne que j’admire.

Juillet 2008 est un mois que je n'oublierai jamais. Il faisait environ 40 degrés et l’air était humide. Après quatre heures passés dans la voiture nous étions très excités à l’idée de passer un super été. Puis, nous sommes enfin arrivés à K-Klassic de Kanakuk Kamps. C’était la première fois que je venais ici. Ma sœur était déjà une campeuse depuis cinq ans et donc légèrement plus expérimentée à la vie au camp que moi. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Kanakuk a complètement changé ma vie. Découvrir Kanakuk avec ma sœur est probablement l’un de mes meilleurs souvenirs. J'ai enfin compris l’énergie et pouvais contribuer à l’ambiance qui régnait dans le camp au bout de deux semaines. Nous avons eu un évènement radical dans nos vies deux ans plus tôt qui a totalement transformé notre chemin avec Dieu. Ce dernier a eu une nouvelle direction pour la vie de ma sœur et la mienne.

Kanakuk fut un lieu pour notre croissance spirituelle à toutes les deux. C'est un lieu que nous tenons si près de nos cœurs parce qu'il a joué un rôle significatif dans notre développement et notre rapport avec le Christ. Notre connexion avec ce camp continue aujourd’hui. Cet été quand ma sœur travaillera avec moi elle deviendra un membre du personnel. Je suis excité à l’idée de voir comment nous continuerons à nous développer et à grandir quand nous passerons l’été dans l’endroit le plus glorieux sur la terre.

Kanakuk a joué un rôle énorme dans ma vie au cours des années. Il a influencé ma perspective sur la vie. Je sais que ca a eu le même effet sur ma sœur. Cet endroit a également changé notre relation. Nous nous connectons à présent à un niveau plus profond. Notre relation est solide et saine grâce aux valeurs que nous avons apprises. J’ai appris à respecter ma sœur et je la vois d’une façon très différente aujourd’hui. J’ai beaucoup appris avec ma sœur et J’ai beaucoup appris durant mes étés passe au camp. Je me suis rendue compte que le Seigneur est tout ce dont j'ai besoin dans la vie. Je prends conscience de son amour et de son pouvoir au quotidien par l’intermédiaire de ma sœur. Je suis reconnaissante d’avoir la famille que j’ai.

Katelynn Bennett

Mon Grand-père

La personne la plus influente de ma vie est mon grand-père. Parce que mes parents travaillaient beaucoup lorsque mon frère et moi étions petits, ils nous confiaient à nos grands-parents durant la journée. Par affection pour eux, nous les appelions «Papa» et «Mama» car ils ont joué un rôle important dans notre développement. La vie de mon grand-père a été marquée par les luttes et les tragédies qui ont fait de lui une personne plus forte et plus attentive aux autres ce qui me pousse à devenir une personne meilleure.

Quand Papi était plus jeune, il a subit une tragédie : la mort de sa mère. Non seulement les huit enfants ont perdu leur mère, mais en plus, à cause de cette tragédie, le père de Papi est tombé dans une profonde dépression et s’est mit à boire. Parce que son père n'était plus capable de s'occuper de sa famille, Papi a du s’en charger.

A cette époque Papi venait de se marier et s’apprêtait à commencer sa propre vie, mais il fut confronté à une décision difficile. Papi a compris qu'il devait s'occuper de ses deux familles et avoir deux emplois pour être capable de subvenir aux besoins de tout le monde. Alors qu’il aurait pu profiter de son épouse et de ses enfants, il devait passer son temps libre à travailler et à aider ses frères et sœurs. Chaque fois que j'entends cette histoire, cela me remotive car Papi a su assumer des responsabilités qui n’étaient pas les siennes mais dont quelqu’un devait se charger et c'était la meilleure chose à faire.

Plus tard, il a souffert d'une attaque d’apoplexie et de plusieurs autres problèmes médicaux. Plusieurs fois, ma famille a eu peur de le perdre, mais il ne nous a jamais quitté et a toujours gardé le sourire. Même si Papi a souffert et lutté plus que toutes autres personnes que j'ai rencontré, il est très attentionné, réfléchi, et désintéressé ce qui me fait beaucoup réfléchir.

Quand j’étais petite je suis souvent allée chez mon grand-père. Naturellement je l’aimais beaucoup car il me gâtait beaucoup comme tous grands-parents gâtent leurs petits-enfants. Mais le souvenir le plus important à mes yeux est quelque chose que mon grand-père me dit quand nous disons « au revoir ». Il me regarde toujours dans les yeux, tient mon visage et me dit avec un sourire « qu’elle belle fille tu es ! ». Je n’ai pas besoin que quelqu’un me dise que je suis belle mais quand mon grand-père me le dit, ca compte tellement.

Avoir un grand-père comme mon Papi m’a permit de beaucoup apprendre sur la vie et sur moi-même. Malgré les obstacles, Papi a continué de croquer la vie à pleines dents. De plus, il s'occupait d’une grande famille. Grace à son expérience, j'ai appris que la famille est la chose la plus importante dans la vie.

Pendant les moments difficiles, Papi est resté avec les siens, car sans lui, ils n'auraient jamais pu survivre financièrement ou moralement. Il m'a appris à être généreuse. Il m’a également appris que l’on peut toujours trouver pire que sa condition. Les problèmes médicaux de mon grand-père m’ont apprit à être forte et courageuse en présence de la peur.

Bien qu'il ne l’ait jamais exprimé, je suis presque certaine qu’il avait peur. Il avait peur de la mort et de ne pas voir ses enfants et ses petits-enfants grandir. Cependant Papi ne l’a jamais montré. Il a fait cela non pas pour lui-même mais pour sa famille afin de les rassurer. Il m'a aussi prouvé qu’il ne fallait jamais abandonner.

Ses problèmes de santé ne lui ont jamais fait baisser les bras. A une époque, alors que son état de santé empirait et que nous avions peur de le perdre, il disait entendre une musique particulière. Il voulait suivre cette « mélodie » mais il s’est battu. Il m’a apprit l'importance de l'amour et les relations entre les gens. Il me demande constamment comment je vais et est toujours prêt à m’écouter et à m'aider si quelque chose me tracasse. Pour toutes ces raisons Papi est devenu la personne la plus influente dans ma vie.

Rachel Klopstein

Listen

La Santé

Ma grand-mère fut la personne la plus importante de ma vie quand j’étais petite. C’est toujours le cas aujourd’hui. C’est une des meilleures cuisinières que je n’ai jamais rencontré. Elle fait toujours de délicieux biscuits, des gâteaux et des tartes. Elle est mariée à mon grand-père depuis plus de quarante ans. C’est le plus heureux des couples mariés que je connaisse.

Ma grand-mère est également une grande couturière. Elle a cousu pour moi des couvertures, des oreillers et des poupées lorsque j’étais petite. Quand j’avais neuf ans, j’ai acheté ma première poupée « American Girl ». Mamie a confectionné un tas de vêtements pour ma poupée. Ella a essayé de m’apprendre à coudre une fois, mais j’étais trop impatiente. Du coup, je me suis piquée avec l’aiguille.

Ma grand-mère a été diabétique presque toute sa vie, et elle a eu beaucoup d’autres problèmes de santé. Quand j’avais seize ans, elle a eu un cancer du sein et a du passer par la radiothérapie pendant des mois. Heureusement, elle n’a plus besoin de chimiothérapie et est aujourd’hui en rémission. Lorsque l’on m’a diagnostiqué un mélanome l’année dernière, mes grands-parents sont montés à Chicago et sont restés avec moi pendant mon opération, ainsi que lors de ma convalescence. Ma grand-mère est restée avec moi pendant quelques mois alors que j’étais à la maison et elle m’a consolé quand j’étais déprimée à cause de ma maladie. Elle a toujours été comme une seconde mère pour moi, et notre relation est très spéciale.

La première semaine à l’université, je n’étais pas là, on m’a diagnostiqué un mélanome, un cancer de la peau. J’ai été immédiatement rapatrié pour que je puisse rencontrer un certain nombre de chirurgiens. J’ai eu besoin que l’on m’enlève le cancer rapidement, avant qu’il ait une chance de se propager. J’ai eu peur ; peur pour ma vie, peur pour ma santé. Mes grands-parents sont venus me voir après que je suis rentré. Ils avaient l’intention de rester avec moi jusqu'à ce que je récupère de mon opération. Mon cancer a non seulement interrompu ma vie, il a interrompu leur vie aussi. J’ai rencontré deux chirurgiens avant de choisir le Dr Das Gupta, un spécialiste de l’Université de l’Illinois à Chicago. Comme ison programme était chargé, mon opération n’a pas été planifiée avant plusieurs semaines après ma première visite avec lui. Mes grands-parents étaient avec moi jusqu'à l’opération, et ils ont attendu mon réveil. Ma grand-mère s’est même faufilée dans la salle de réveil, où seuls les patients et les infirmières sont autorisés. Elle voulait s’assurer que je n’étais pas seul.

Il m’a fallu des semaines pour récupérer de mon opération, et mes grands-parents sont restés avec moi pendant tout ce processus. Bien que mes parents étaient au travail, mes amis à l’université, mes grands-parents étaient là. Nous n’avons pas fait grand-chose à part regarder la télévision et dormir, mais c’était tout ce que je pouvais faire de toute façon. Ils sont restés avec moi jusqu'à la veille de mon départ pour la fac, lorsque l’on m’a dit que j’avais à nouveau besoin d’une opération quelques semaines plus tard, ils sont revenus aussitôt. Ils m’attendaient déjà à la maison quand je suis rentré de l’université pour la deuxième fois. Encore une fois, ils étaient avec moi à travers tout cela.

Même si mes deux grands-parents, mes parents, et mes amis les plus proches étaient avec moi lors de ma convalescence, la personne la plus importante a été ma grand-mère. Elle venait dans ma chambre la nuit me border. Elle me préparait mes plats préférés pour le déjeuner et le diner. Elle vérifiait que je prenne mes médicaments contre la douleur pour que je me sente aussi bien que possible. Ma grand-mère, comme je l’ai déjà dit, a également des problèmes de santé. Elle est diabétique et a besoin de se piquer deux fois par jour. Elle doit aussi prendre un certain nombre de pilules et être suivie en permanence pour s’assurer que son cancer ne refasse pas surface. Elle avait une maison dont elle prenait soin dans l’Indiana mais je suis sa priorité et c’est ce qui la rend si importante pour moi. Je suis sa seule petite-fille, et elle m’aime de tout son cœur autant que je l’aime.

Bailey Moffitt

Thursday, March 3, 2011

French Crèpes
















What a nice day to do some crèpes!
This week, the students in french class made some crèpes (the famous french dessert) with the french assistant Elsa.
After working on food vocabulary, it was the opportunity to practice french cuisine! Thank you to the students for their crèpes! miam miam....