Monday, December 15, 2014

SPA 211 Students Conduct Service-Learning Projects

Students in Dr. Jennifer Colón's SPA 211 Intermediate Spanish I courses conducted service-learning projects this semester. Below two students share their projects and their learning experiences with us through PowerPoint presentations done in class.

Johnna Stewart shares her service-learning experience conducted through the Boys and Girls Clubs of Greater Kansas City.

video

Kristen Agar reflects on her service-learning experience with the organization Turn The Page KC at Primitivo Garcia.

video

Friday, December 12, 2014

SPA 315 Students Conduct Service-Learning Projects

Students in SPA 315 Advanced Oral and Written Spanish conducted service-learning projects this semester. Below three students share their projects and their learning experiences with us through PowerPoint presentations done in Class.

First, Cari Hill presents her project at the Metropolitan Organization to Counter Sexual Assault.

video

Second, Madison Allshouse's presentation addresses her project at Liberty High School.

video

Our third student, Betsy Tucker presents her project at Alta High School.

video

SPA 324 Students Conduct Service-Learning Projects

Students in SPA 324 Spanish-American Literature conducted service-learning projects this semester. Below four students share their projects and their learning experiences with us through the PowerPoint presentations done in class.

First, Claire Etzenhouser's presentation addresses her project at Grace United Ministries.

video

Next, Emily Xouris presents her project at Alta Vista.

video

Our third student, Simone Stewart, talks about her project at Primitivo Garcia.

video

Our last presentation addresses a service-learning project at Iglesia Camino by Moriah Vanderburg.

video



Inspired by Anouilh's play, Becket: A Short Story by Alexandria Acord

Alexandria Acord
Alexandria Acord, a student in FRE 351 French Theatre, shares with us today a story inspired by Becket, a play by Jean Anouilh. In this play, Anouilh portrays the friendship between Henri II and Thomas Becket. Alexandria's story, "Quand les tours parlaient," is about the friendship between two clock towers, one in England and one in France, and how their friendship developed and was lost due to the war.


Quand les tours parlaient
            Il y était une fois magnifique quand les monuments de monde pouvaient parler ensemble, nouveau et vieux, même s’ils étaient dans les pays qui se luttaient.  Pour les monuments, les frontières n’existaient pas et tous les bâtiments étaient si appréciés qu’ils pourraient être amis.  Les édifices ordinaires n’avait pas cette capacité de discuter, car cela se passait seulement quand les gens ont appris de les aimer et les apprécier pour un objet non seulement de l’utilité, mais aussi de la beauté.
            On ne peut pas tracer exactement quand les monuments ont perdu leurs voix, mais un par un, les structures nouvelles ne apprendraient jamais à discuter, ne parlaient jamais.  Ses immeubles muets ont troublé les autres, qui commençaient déjà à écouter au désaccord humain entre leurs pays.  Mais il y en avait un, la tour de l’horloge de Big Ben, qui avait trouvé une nouvelle amie dans un de ces édifices muets : la Tour Eiffel, qui n’avait que seize ans à cette époque.  Big Ben avait cherché des moyens différents pour lui parler, et finalement, il trouvait des oiseaux qui pouvaient parler pour la tour : quand elle entendait la sonnerie des cloches d’Angleterre, elle pouvait communiquer avec les oiseaux sans parler.  Les oiseux distribuaient ses messages à Londres pour que la tour de l’horloge y réponde, et pour quelques années, elles parlaient ensemble comme cela, même si elles savaient qu’elles ne pouvaient jamais se rencontrer.  Mais la guerre s’approchait, et leur amitié ne pouvait pas continuer.
            Un jour, Big Ben a appris que la France avait été attaquée par une force qu’il ne connaissait pas.  Il savait que les gens étaient en guerre avec quelqu’un, mais il ne le comprenait pas beaucoup, car il n’était qu’un monument qui ne pouvait pas parler avec les humains.  Il s’inquiétait beaucoup pour sa jeune amie, qui pouvait être facilement détruite par les bombes ou missiles.  La tour Eiffel l’a supplié, mais il ne pouvait rien faire.  Les politiciens, les seules personnes qu’il pouvait comprendre, ont dit qu’ils ne voulaient pas une autre guerre, que la France pouvait se protéger.  Plus que tout, il espérait qu’ils avaient raison.
            Mais ils avaient torts.  Paris, la maison de son amie, était pillé.  Les oiseaux avaient trop peur d’y aller.  Même s’il ne le voulait pas, il n’avait pas de choix : il devait accepter que son amitié, une amitié entre deux ambassadeurs de pays différents, était toujours trop dangereux pour un monde qui n’aurait jamais arrêté de lutter.  C’était une amitié qui n’aurait jamais marché.
            Les gens ont dit maintenant que, à ce moment-là, Big Ben a voué de ne jamais parler aux autres monuments, de parler seulement chaque heure pour que les Anglais sachent l’heure.  Il est aussi dit que chaque fois qu’il sonne, il pleure pour la seule amie qu’il ne pût pas aider.

Inspired by Cocteau's Play, Les mariés de la Tour Eiffel: A Short Story by Jenny Nelson

Jenny Nelson
Jenny Nelson, a student in FRE 351 French Theatre, shares with us today a story inspired by Les mariés de la Tour Eiffel, a play by Jean Cocteau. In this play, Cocteau portrays multiple aspects of bourgeois life in Paris put together in suprising ways but organized by a photographer taking pictures of a wedding party. Jenny's story presents surprising aspects of life at Jewell organized by the campus photographer. Not surprisingly, Jewell's cardinal replaces Cocteau's ostrich.

La tour d'horloge sonne *DON* et elle chante comme un cardinal parce qu'elle est un cardinal. Les secondes passent et le cardinal chante La vie en rose. Kyle Rivas et le fantôme de Jewell Hall se réveillent et vont à la chapelle pour regarder le spectacle et prendre les photos du cardinal. Puis, un lion, un écureuil, un lapin, et une tortue sorte de la centre de la cloche et commencent de danser les danses chorégraphiées. Chacun à la musique différente qui vient de l'orgue dans la chapelle. Kyle prend beaucoup de photos des animaux, mais…
*DON*
Les animaux disparaissent de la chapelle et font les pirouettes dans The Perch et le professeur qui vient de la machine d'expresso tire un pistolet à eau, dehors de cela, des escargots viennent. Kyle court, mais quand il arrive, les animaux transforment aux animaux en peluches…
*DON*
Le tonnerre claque et Kyle prend une photo de la neige qui tombe à l’extérieur de la fenêtre. 
*DON*
Les secondes passent et puis les animaux vivants retournent. Kyle prends des photos des animaux qui portent les robes de bal et les talons hauts. Après être photographiés dans leurs robes, les animaux commencent de jouer le football américain et s’attaquent aux autres. Ils arrêtent juste avant le
*DON*
C’est le dernier sonne et puis, les animaux retournent à la cloche avec Kyle et tout d’un coup La vie en rose arrête.


Inspired by Anouilh's play, Becket: A Short Story by Leah Rutliff

Leah Rutliff
Leah Rutliff, a student in FRE 351 French Theatre, shares with us today a story inspired by Becket, a play by Jean Anouilh. In this play, Anouilh portrays the friendship between Henri II and Thomas Becket. Leah's story is about the friendship between two sisters and how, despite their differences, they can get along together.


  Vous avez toujours des problèmes avec votre famille. Elles sont les amis que vous ne avez pas eu à choisir. Deux sœurs, Cara et Lorena, sont bons exemples de ce dicton.  Elles s’aiment, mais parfois, elles s’aiment les uns les autres parce qu'elles doivent. Leur plus gros problème est là la volonté de puissance. Cara est le plus ancien donc elle pense qu'elle devrait toujours être en charge. Lorena est le bébé dans la famille, alors elle pense qu'elle doit toujours arriver à ses fins. Ce problème a suivi les filles, même dans leurs carrières.
  Cara est allé à l'université pour étudier la politique internationale. Elle est un membre du parti de droite et espère devenir le président un jour. Lorena est allé à l’université pour étudier la politique française. Elle est aussi un membre du parti de gauche et aussi espère devenir le président un jour. Elles ont beaucoup de points de vue différents sur la façon dont elles espèrent diriger le pays et cela provoque souvent des arguments, en particulier lors d'événements familiaux.
   Noël est un temps de donner et d'apprécier les choses que vous avez, comme la famille. Cara et Lorena ont un moment difficile avec cela. Un Noël, juste à côté du vote d'un nouveau projet de loi, les sœurs se sont battu pire que jamais qu'elles avaient. Il y a de crie, de pleure, et même de hurlements. Enfin, leur mère avait à se impliquer. Elle les a assis toutes les deux, il les enseignait une leçon précieuse sur la famille. Deux personnalités politiques cultivées être grondées par leur mère. Après cela, les filles ont réalisé qu'il est normal d'avoir différents points de vue sur le monde et il est normal d’avoir à défendre ce en quoi vous croyez mais, il ne est pas correct de traiter la famille mal. A partir de là, les sœurs se sont battus comme des folles au travail, et aimé comme un fou lors d'événements de la famille, surtout pour Noël.

Tuesday, December 9, 2014

JPN 111 Elementary Japanese I Students Share Their Class Picture

Students in his semester's JPN 111 Elementary Japanese I  share their class picture with us. Their instructor, Yoko Hori (second from left) says she appreciates the enthusiasm and fun this class has been this semester. Congratulations on your great experience in JPN 111!
Fall 2014 JPN 111 Class Picture

Monday, December 8, 2014

"En Attendant" by Bruce Rash, French Major


A Poem by Bruce Rash
This past week, Bruce Rash, a French major in FRE 315 Introduction to French Studies, performed the second oral presentation of the semester on the topic, "La vie en guerre et la poésie." In this presentation, Bruce studied the Paul Éluard's poem, "Faire vivre," and wrote his own poem, "En Attendant." He then conducted a comparison study of the two poems. Bruce graciously agreed to share his presentation and poem with you.

 In his own words....

Bruch Rash
This short poem is told from the perspective of a French poet and resistance fighter or sympathizer living under the Nazi occupation of France from 1940 to 1944. Inspired mostly by the poem "Faire vivre" by Paul Eluard, it focuses on themes of nature and time, presenting hope and liberation as the inevitable consequences of a natural order rather than as direct consequences of rebellion. In this perspective, one can see the French Resistance as the executor natural order, destined to victory so that balance can, eventually, be restored.

video

Friday, November 21, 2014

Featuring April Graham, New Alumni Star

Announcing our newest alumni star...April Graham, International Business and French major of 2006. Read her reflections on language on our departmental website.

Fall 2014 French and Japanese Recital

Thursday, November 20, 2014, the Department of Languages hosted the successful fall Recital, shining the spotlight on advanced students in French and Japanese.

The FRE 315 class headed the recital. Students presenting dramatic monologues and sketches highlighting fictive and historic characters from the World War II studied in the course. Hilary Alden and Rebekah Schaefer's skit represented Créon and Antigone's argument from Anouilh's play, Antigone. Bruce Rash, playing Jean Moulin, made his appeal for uniting Resistance fighters, following Meredith Graves's portrayal of Antigone. Haley Sheriff depicted the life of a French citizen under the Occupation. Featured today is Nathan Graber for his piece entitled "Les véritables héros de la Résistance" in which he explores reasons for joining the Resistance.
Students in JPN 350 Advanced Japanese Communication held center place in the Recital.
Jaqueline Barmore shared photos of her trip to Japan and Benjamin Zelt recounted his plans for the future. Featured in the blog is a joint presentation on Japanese Festivals made by Molly Hutson and Lacey Russell.
The FRE 351 French Theatre class concluded the Recital with dramatic scenes, such as Alexandria Acord interpreting Phèdre from Racine's play of the same name, Amelia Hanzlick interpreting Chimène from Corneille's play Le Cid, and Leah Rutliff interpreting Isabelle from Giraudoux's play Intermezzo. We feature today Jenny Nelson playing the role of King Henry and our French assistant Claire Beswick playing the role of Becket from Anouilh's play of the same name. In this scene, King Henry takes a break from falcon hunting in the rain to question his friend Becket about his views on courage, love, and life.
Congratulations to all our participants! And a heartful thank you to all our guests who came to support our students.

Monday, October 20, 2014

Dr. Jane Woodruff and Dr. Susan Myers Present at the FLAM 2014 Conference


On the second day of the 2014 KWLA-FLAM conference (held jointly by the Kansas World Language Asosciation and the Foreign Language Association of Missouri), Saturday, October 18, Dr. Jane Woodruff and Dr. Susan Myers presented "'Hang together' or Hang (separately)--Communication, Collaboration, and Innovation in small Language programs." "The presentation was well received," noted Dr. Woodruff and the presenters were pleased by the interest demonstrated by the lively question and answer dynamic that occurred throughout the presentation. Below is the abstract of the presentation:


Unlike the KU’s and MU’s of the world, small-college Languages departments, like those in most high schools, comprise a variety of languages, literatures, cultures, traditions, and teaching styles.   “Borders,” and the turf wars they often inspire, are particularly dangerous to such programs (we must “hang together” or we will surely hang separately!).  Thus, it is essential for the faculty in small, diverse departments to communicate, collaborate, and innovate in ways unknown to, and unneeded by, our peers at large research universities (who of course face their own, different, issues).  At William Jewell College, a small liberal-arts residential college founded in 1849 (one of Missouri’s oldest institutions of higher learning), we have devised a “Top Five” of CCI, including communicating to form a “languages community” within Jewell, collaborating with external organizations such as ALLEX and IES to provide additional language opportunities for our students, and innovating (e.g., assigning digital storytelling projects in language capstone courses) to showcase our students at formal ‘research presentation’ events (such as Jewell’s annual Duke Undergraduate Colloquium).  We are eager to share our experiences and (partial) CCI successes with colleagues in FLAM/KSWLA. 

Wednesday, September 17, 2014

Introducing Enrique Granados González, Spanish Assistant 2014-2015

We are happy to introduce you to our Spanish program Enrique Granados González, the Spanish assisant for this academic year. ¡Bienvenido, Enrique!
Enrique Granados Gonzalez
My name is Enrique Francisco Granados González, I am from Córdoba (Andalucía, España) and I am the 2014-2015 Spanish language assistant. I earned a B.A. in Translation and Interpretation Studies from the University of Córdoba (Spain), and I am currently pursuing a master’s degree in scientific-technical translation. I love languages so much. Despite beginning my career as an engineer, later I decided that I would like to be a translator and language teacher and… here I am! I speak Spanish, English, Portuguese, French and Italian, and I am trying to learn Swedish. I invite you to know something more about the language, culture and traditions of my homeland. ¡Hasta pronto, amigos!

Monday, September 15, 2014

Welcome, Ying-Yu, to the Department of Languages at William Jewell College

Welcome to William Jewell College's Languages blog for the new academic year 2014-2015. We will continue to highlight our students' achievements in languages and keep you posted on new developments in the department.

This year we received three new assistants into the department. Miss Ying-Yu Huang, our new Chinese instructor, is the first to be introduced to you. We're sure you'll hear great things from her students in the months to come.

Ying-Yu Huang

Hello, I’m Ying-Yu from Taiwan! You can also call me Rita. Huang is my family name, and it is also the last name of Huang Fei-Hong, a master of martial art. So you better watch out! In my leisure time I like to read novels, go swimming, and play the piano. I like animals especially dogs. I speak Taiwanese, Mandarin and a little bit Japanese. Hopefully I will have the chance to share the Chinese culture with you!

Tuesday, May 20, 2014

Languages Department Celebrates with our Graduates

Department of Languages 2014: Michael Foster, Amaya Amell, Yachu Liu, Yoko Hori, Lucie Thomas, Óscar Jiménez, Jane Foster, Susan Myers and Jennifer Colón
This past Saturday the Department of Languages celebrated our seniors' achievements at the Commencement ceremony. The weather was lovely, sunshiny and a little breezy, just a perfect day to rejoice as our seniors take center stage in the Mabee Center.

If you would like to add any Commencement pictures of language graduations, visit our Facebook page.

Allie Lach, French minor, carries the Class of 2014 Banner during the Walk around the Quad.
Bailey Moffit, French minor, happily walks around the Quad.
Ashton Long, French minor, takes her turn around the Quad.
Óscar Jiménez, Spanish assistant, and Lucie Thomas, French assistant, process into the Mabee Center.
Yachu Liu, Chinese assistant, and Rosemary Loehr, French major, listen attentively to the speaker.

Bailey Moffitt Completes Service-Learning Project with the Alliance Française de Kansas City

Bailey Moffitt
Bailey Moffitt fufilled her final course requirement for the minor in French with a service-learning project with the Alliance Française de Kansas City. What follows is her reflection in her experience.


For my last semester at William Jewell College, I completed a service learning senior course to receive my French minor, something I had been consistently working towards since my first semester in college. I was given a list of possible organizations to work with in order to get my hours, and the Alliance Française de Kansas City caught my eye. The Alliance works very closely with Jewell; one of our French professors is actually on the board for the Alliance, so I had heard of it before. The Alliance works with the Kansas City public. They hold classes where people can spend a few hours every week learning and practicing another language; French, of course. They hold programs in public libraries and museums to expose the attendees to French culture, geography, and cuisine.

When I began my work with the Alliance, I worked on a number of small projects. The first program I helped with was a Trivia Night. I was in charge of the questions; a very stressful situation to be in. I wanted to make sure I got them right. I created and found questions on various French, Kansas City, and February topics. February because the trivia night was being held in February.

The biggest project I worked on with the Alliance was prep work for France Travel Day, an event held at the World War I Museum in early April. This was an all-day event where the public was ‘advised’ on what to expect when traveling to France, how-to conversation skills for basic navigation and cultural immersion, and popular traveling sites in the country. I looked up many conversation starters and phrases; small vocabulary people could use to get along if they ever visited France.

About halfway through my experience, I actually got to visit the Alliance Française classrooms. Currently they are holding their evening classes at a French-speaking elementary school, Académie Lafayette, in downtown Kansas City. I thought going to this school was an amazing experience because it was an ordinary elementary school, but everything was in French: from the posters on the walls to the date and day of the week on the chalkboard. I sat in on an evening class taught by Valerie.

The last contribution I made to the Alliance Française was to help send out confirmation emails for the spring session classes.

I really enjoyed this service learning project. I think it’s really important to actually immerse yourself as much as possible in a foreign language setting, especially when you are pursuing higher level classes in the language. I wish I had gotten to do more hands-on activities with the organization and gotten to know the structure of the organization better, but I still think I had a good experience and highly recommend it to any other French students.

Tuesday, May 13, 2014

Erin Christiansen, Senior Star in Spanish

Erin Christiansen, Communication and Spanish major, is the featured senior star in Spanish this spring. Read her complete story on the Languages Department Page.

Megan Dennis, Alumni Star in French

Megan Dennis, English and French major, is the featured alumni star in French this spring. Read her complete story on the Languages Department Page.

"L'histoire de ma soeur" by Lisa Brune

The students in FRE 354 Twentieth-Century Francophone Novel have been studying a group of works focusing on the issues of adolescence. In their lab sessions with Lucie Thomas, our French assistant, they have developed their creative writing skills in French by imitating these great writers. Lisa Brune submits her short story for our enjoyment, "L'histoire de ma soeur", in which she reminisces about a speical walk in the park with her sister. Like Gabrielle Roy's character Christine in La Route d'Altamont, Lisa learns to appreciate those around there and to learn from them generosity and creativity.


            Ma sœur est la personne la plus importante dans ma vie. Elle était ma première amie et elle est encore ma meilleure amie. De temps en temps, ma vie devient très embrouillée et stressante, mais ma sœur est stable et je m’adosse à elle comme à un mur. Elle s’appelle Rebecca. Elle a les cheveux longs et bruns, qui cascadent comme une chute d’eau en bas de son dos. Elle a un caractère très fort, même si son corps ne l’est pas.
            Quand nous étions jeunes, et encore aujourd’hui, elle avait un effet protecteur pour moi. Rebecca adorait tous les gens qu’elle rencontrait, pas seulement moi. Son cœur et ses bras étaient toujours ouverts. Elle était une porte ouverte, elle a toujours voulu aider les autres. Cet amour du service est devenu une profession dans l’assistance sociale aujourd’hui. Rebecca, pendant son enfance en particulier, avait beaucoup d’énergie. Elle ne dormait jamais et elle faisait toujours quelque chose. Mais elle n’est pas parfaite. Participer à tout la fatiguait beaucoup et la faisait aussi se plaindre tout le temps.
            Une journée d’été très chaud et long de mon enfance, ma sœur a insisté pour que nous fassions une promenade dans le parc. Ce parc est proche de mon voisinage, il est rempli d’arbres, de fleurs, et de plantes variées. Nous avons averti notre mère et nous sommes parties au parc. J’ai suivi Rebecca à travers le parc, sur le chemin. Les fleurs sur le sol décoraient la terre avec leurs couleurs vives. Le jaune du soleil du matin, la rose de ma robe favori, le bleu du ciel en hiver, et le blanc des nuages du printemps. Les fleurs reflétaient les multiples belles facettes de la personnalité de ma sœur.
Elle a commencé à cueillir les fleurs. Elle m’a montré comment les organiser dans des arrangements. Chaque fleur ajoutait à la beauté de l’ensemble. J’étais surprise par la créativité et l’innovation de Rebecca. Elle a utilisé des fleurs et des plantes diverses. Elle m’a montré quelles couleurs et quelles formes avaient l’air bien à côté de l’autre. À la fin de la promenade, nous sommes retournées chez nous avec un groupe des fleurs vraiment belles. Ma sœur a donné le bouquet à notre mère. Rebecca a dit que le bouquet était de moi, pas d’elle. Ma mère a souri et m’a donné une baiser sur la joue. Je me suis sentie très heureuse et reconnaissante envers ma sœur.
            Après cette expérience avec ma sœur, j’ai réalisé son importance dans ma vie. Elle a démontré sa générosité et sa créativité. J’ai appris qu’elle était un modèle dans ma vie. J’ai désiré être comme Rebecca. Toute ma vie, j’ai essayé d’imiter Rebecca. Après la promenade dans le parc, je me suis inscrite à toutes les même courses et clubs qu’elle. Je n’oublierai jamais la façon dont chaque fleur avait l’air d’une partie de ma sœur. Et l’ensemble du bouquet avait l’air d’un chef-œuvre. Rebecca et toutes les parties d’elle-même étaient un chef-d’œuvre.


Monday, May 12, 2014

"Ma tante Lori..." by Jenny Nelson

The students in FRE 354 Twentieth-Century Francophone Novel have been studying a group of works focusing on the issues of adolescence. In their lab sessions with Lucie Thomas, our French assistant, they have developed their creative writing skills in French by imitating these great writers. Jenny Nelson submits her short story for our enjoyment, "Ma tante Lori...", in which she talks about her relationship with her aunt and what makes her aunt such a special person. Like Gabrielle Roy's character Christine in La Route d'Altamont, Jenny learns lessons about relationships and the importance of consideration, respect and kindness.


Ma tante Lori, qui est la sœur ainée de ma mère, était la tante favorite de tous mes cousins parce qu’elle était célibataire et pouvait nous donner tout son attention! Elle habitait un peu loin de moi, à St. Louis, puis je ne pouvais pas la visiter toujours  comme mes autres cousins qui habitaient là aussi, mais ça m’était égale parce qu’elle aimait tous ses neveux et nièces la même. J’étais très proche à elle comme si elle était ma propre mère ! Elle me souciait et m’adorait si beaucoup qu’elle me semblait presque comme une mère, pas seulement comme une tante. Quelquefois, ma famille et moi restions à sa maison le samedi soir et quand nous allions à la Messe, elle chantait avec la voix d’un ange. Car elle était célibataire, elle n’avait pas ses propres enfants et habitaient seule, puis elle aimait jouer avec moi et mes cousins et nous avoir à sa maison pour les sleepovers! Elle avait une petite maison qui était près de celle de mes grands-parents, ainsi, il était facile d’aller de l’une à l’autre très vite. Bien que sa maison fût petite, la famille entière y allait beaucoup de fois et mes cousins et moi jouions dans la cave encombré comme des sardines. Il y avait beaucoup de gens, mais aussi il y avait beaucoup de décors de théâtre parce qu’elle était une actrice et une directrice pour  une groupe de théâtre locale. Sa vie était un peu folle, mais toujours je pouvais m’adosser à elle comme elle était un mur et je pouvais lui dire n’importe quoi.
Il y avait quatre ans dans l’été quand je suis allée à St. Louis à moi-même pour rester à la maison de Lori. J’y ai volé en avion par moi-même et je me sentais comme une adulte. C’était le commencement de l’été et je venais de sortir l’école pour l’été et j’étais complètement libre. Quand l’avion s’était atterri, ma tante était venue me chercher. Au dehors, nous voyions les fleurs qui fleurissaient et le soleil qui brillait exactement comme mon esprit libre! Parce qu’il était seulement le commencement de l’été en juin, il ne faisait pas trop chaud  et tous les arbres et toute l’herbe étaient toujours verts et vivants. Pendant la conduite à sa maison, nous avons roulé les fenêtres dans la voiture pour que le vent souffle sur ​​nos visages comme si nous étions à cheval et le paysage nous passait comme les vagues de la mer.
Aprés quelque jours, de rester dans et dehors de sa maison, nous avons rendu visite à mon arrière-arrière-tante et oncle. Quand nous avons arrivé à leur maison, nous s’est garé dans l’allée et vue leur jardin plein d’arbres et des fleurs belle qui nous avons fait sourire. Leur jardin était toujours rempli des fleurs en fleurs et des petits oiseaux, une chose surprenant parce que tous les deux avaient environ 90 ans. Ils étaient tous les deux très vif et nous, Lori et moi, avons dansé aux chansons d’accordéons avec eux. Nous nous sommes amusés comme les enfants sans se soucier de ces les autres diraient si on nous a vus. Quand nous avons quitté leur maison, nous avons venu au  théâtre à peindre les décors de théâtre et ce jour nous avons peint une maison et une petite clôture. La maison était bleu clair comme le ciel ou l’océan et la clôture était blanche, ainsi que les deux faisaient un portrait comme les heureux nuages au ciel. Je l’ai vue heureuse et riant avec ses amis et j’ai vu qu’elle était toujours gentille aux tous les gens et ne me semble jamais méchante ou en colère.
Quand j’étais petite, tous mes cousins aimait ma tante Lori parce qu’elle avait joué avec nous et nous avait traité comme des égales, pas comme elle était mieux que nous parce qu’elle était une adulte. Aux adultes et personnes âgées, Lori est aussi une femme très aimable à toutes les personnes qu’elle rencontre, pas seulement sa famille et ses amis, mais aussi les étrangères. Je l’admire parce qu’elle ne disait jamais les choses méchantes à personne et elle était si gentille.  Elle m’avait enseigné que la gentillesse était le meilleur moyen de vivre à cause de la règle d’orée : on doit traiter les autres comment on veut être traité.

"Une été de vacances..." by Evan Jones

The students in FRE 354 Twentieth-Century Francophone Novel have been studying a group of works focusing on the issues of adolescence. In their lab sessions with Lucie Thomas, our French assistant, they have developed their creative writing skills in French by imitating these great writers. Evan Jones submits her short story for our enjoyment, "Une été de vacances...", in which she talks about a summer reunion with friends. Like Gabrielle Roy's character Christine in La Route d'Altamont, Evan learns lessons about life and friendship.

Une été de vacances, quand j’avais peut-être onze ans, ma famille a participe a une fête, une réunion avec des amis.  Il y avait beaucoup de monde la-bas.  Nous étions a un endroit tres « redneck », avec des armes, des chiens et des enfants torses-nus, une paradis pour les jeunes gens. La-bas, il y avait un garçon dont je pensais que j'étais amoureuse.  Il était petit en taille, plus petit que moi, mais grand en personnalité et en muscle.  Je l’avais connu depuis que j’avais quatre ans.  Bien sur, c'était un garçon parfait. 
Mon ami et moi, parce que nous étions a coup sur des amis, nous nous aventurions partout.  Nous découvrions toutes les couleurs des champs, les odeurs de la forêt, et la sensation de l'eau froide de la rivière.  C'était mon  moment favori, quand nous filions en douce et allions a la rivière dans nos canots avec nos cannes à pêches.  Rappelez vous, j'étais amoureuse.  Je voulais le suivre partout, et bien sur dans la rivière.      
Mon amour, il était brun.  Ses yeux, ses cheveux, sa peau avaient la teinte brune du soleil.  Même sa personnalité avait  un air de la terre.  Même aujourd'hui je ne sais pas comment nous sommes devenus amis.  Il a toujours été juste.  Je suppose que quand nous étions petits nos parents étaient des amis.  Mais pour moi, j’avais besoin d’un ami.  Et il était juste là. 
Les personnes, là-bas, a cette endroit rustique, étaient toutes intéressantes individuellement.  Les adultes se déchaînaient, souvent avec un Bud Light et un hot dog.  Les enfants avaient toujours un hot dog aussi, mais étaient presque toujours accompagnés par une chien.  Mon amour et moi, nous prîmes un chien et un ami avec nous a la rivière.  Nous avions atteint une falaise, pas trop élevée mais suffisamment pour qu’elle soit un amusement pour nous.  Les garçons ont décidé que sauter de la falaise serait un bon moment, très amusant, et que nos parents ne seraient jamais au courant. Bien sur j'étais d'accord avec ce plan.  Alors, nous avons sauté.  Encore et encore, et c'était plus amusant que tout ce que nous aurions pu imaginé.  Ca, c'etait... jusqu'à ce que nous nous sommes tournés et il y avait nos parents à bord des canots, tres furieux. 
La phrase «si vos amis sautaient d'une falaise, sauteriez-vous aussi ? » est très pertinente ici, parce que cette situation est exactement qu’est-ce que passé.  Cette histoire est importante pour moi parce qu’elle m’a donne un grand souvenir avec deux personnes qui deviendrait de bons amis à moi.  Elle m’a aussi montré que quelque fois je peux être très impressionnable.  Ça n’est pas toujours quelque chose dont je suis au courant mais, même à cet âge, j’ai su que ca pouvait m’apporter des ennuis.  C’est aussi une de mes histoires favorites parce que c’est trop drôle et amusant.  Elle me donne toujours le sourire et quand mon vieil amour et moi parlons de ce jour (sans le fait que j'étais une peu obsédée par lui), nous rions toujours quand nous nous en souvenons.

Friday, May 9, 2014

Allie Lach, French minor, wins Faculty Award

Allie Lach, French minor and Faculty Award winner, reflects on her experiences at Jewell in the campus newspaper, the Hilltop Monitor.

Congratulations, Allie!

2014 Phi Sigma Iota Induction


Spring 2014 Phi Sigma Iota Induction Program

William Jewell College’s Department of Languages on April 26, 2014, inducted sixteen new members of the Phi Theta Chapter of the international foreign languages honor society Phi Sigma Iota. Inductees this year represent majors and minors in four languages: French, Greek, Latin and Spanish. Annie Birzer (president of the Phi Theta chapter), Joseph Gunn (vice-president), the faculty of the Department of Languages, friends, family and current Phi Theta Chapter members celebrated the induction of new members of the chapter: William Bergman, Hannah Bruins, Lisa Brune, Sarah Crosley, Sabrina Davis, Amelia Hanzlick, Loree Hazelrigg, Anavice Jiménez, Allie Lach, Stephon Jordan Lewis, Jennifer Nelson, Madyson Smith, Simone Stewart, Cameron VanDyke, Moriah Vanderburg and Emily Xouris.

Annie Birzer and Joseph Gunn
After Dr. Susan Myers, Chair of Languages, welcomed the initiates and guests, Phi Sigma Iota President, Annie Birzer, and Vice President, Joseph Gunn, gave an overview of the honor society.

Drs. Amaya Amell and Michael Foster
Drs. Amaya Amell and Michael Foster hosted the ceremony and introduced the initiates who then had the opportunity to talk about their reasons for studying their language(s) and what their language study means to them. Let's listen to each of our initiates.

 Will Bergman

Hannah Bruins


 Lisa Brune

 Sarah Crosley

 Sabrina Davis

 Amelia Hanzlick

 Loree Hazelrigg

 Anavice Jiménez

 Allie Lach

 Jordan Lewis

 Jenny Nelson

 Simone Stewart

Moriah Vanderburg

 Cameron VanDyke

 Emily Xouris

The initiates then recieved their honor cords, certificates and pins. Enjoy the pictures!

Will receives his certificate and pin, and Hannah receives her cord.
Hannah receives her certificate and pin, and Lisa her cord.
Lisa and Sarah receive their certificate and pin.
Sarah receives her pin, and Sabrina receives her cord and certificate.
Amelia receives her pin and Loree her certificate.
Anavice receives her pin.
Allie receives her certificate.



Jordan has his cord, pin and certificate, and Jenny receives her cord.
Jenny receives her pin.
Moriah receives her certificate.
Cameron receives her cord.
Emily receives her certificate and pin.
Congratulations to our new members!
William Bergman, Jordan Lewis, Hannah Bruins, Sabrina Davis, Allie Lach, Jenny Nelson, Moriah Vanderburg, Amelia Hanzlick, Loree Hazelrigg, Emily Xouris, Cameron VanDyke, Sarah Crosley, Lisa Brune, Anavice Jiménez